Plan du site | Nous contacter | s'identifier
extrait du JOURNAL DU PALAIS

Le Temps Partagé passe à l'offensive

Voie nouvelle ou solution alternative à l'emploi des cadres, les associations de compétences en temps partagé séduisent de plus en plus les entreprises bourguignonnes.

 

Alors que le temps partagé était, il y a encore quelques années, souvent catégorisé par les entreprises, et les cadres eux mêmes, comme un mode de fonctionnement réservé aux demandeurs d'emploi ou aux seniors, les mentalités sont en passe d'évoluer peu à peu. "Nous sommes à la fin d'un cycle économique et cela se traduit sur l'emploi, analyse Bernard Bouly, président de CTP 21 depuis 2003. Les vieux schémas du CDI à temps plein à vie dans la même entreprise sont remis en cause. Ce n'est pas pour autant une situation dégradée car les entreprises ont toujours besoin de disposer de compétences, mais le juste temps nécessaire." En Côte-d'Or, CTP 21 (pour compétences en temps Partagé) compte dans ses rangs une soixantaine d'adhérents, aux profils fort différents : des cadres post-études "bardés de diplômes" souhaitent ouvrir leur horizon professionnel, des femmes qui après la naissance de leur deuxième enfant choisissent de travailler à temps choisi, des cadres proches de la retraite qui décident de mettre leur expérience au bénéfice des entreprises... Que ce soit pour répondre à une problématique, concrétiser un projet de développement ou optimiser l'activité de leur structure, aujourd'hui, les décideurs n'hésitent plus à faire appel aux compétences de ces experts en marketing, en informatique ou encore en logistique qui ont simplement décidé de travailler autrement. "Nous apportons aux entreprises une réponse adaptée aux besoins de souplesse et de pertinence dans l'adéquation besoin économique et disponibilité immédiate des compétences", explique Bernard Bouly.

 

En 2009, le groupement professionnel a ainsi enregistré 95 missions pour 85 employeurs différents, confiées à une trentaine d'adhérents, soit 2.800 jours de missions ou de contrats facturés. Une activité en progression qui s'explique par l'attitude très offensive adoptée par la cellule côte-d'orienne. Chaque semaine, des binômes ont pour mission de promouvoir le Travail en Temps partager selon des feuilles de route établies, en faisant découvrir aux entreprises du département les services d'expertise que peuvent apporter les adhérents, seuls ou en pôle de compétence. Résultat : un taux de pénétration de 40 %. "Lorsqu'une mission est identifiée, nous étudions de manière confidentielle le projet, le besoin ou la problématique et CTP 21 sélectionne parmi son réseau de Compétences opérationnelles le bon candidat. La collaboration entre le cadre et l'entreprise peut alors se contractualiser selon plusieurs cas de figure : de la demi journée au temps plein, par facturation de la prestation (en portage salarial par exemple) ; elle peut prendre la forme d'un CDD, voire d'un CDI. Dans cette conjoncture économique défavorable, nous apportons une solution innovante, de proximité, avec une démarche sociétale raisonnée de l'économie et de l'entreprise", conclut Bernard Bouly. 

Essaimage

En 2007, le CTP 21 a mis en place dans l'Yonne le CTP 89, la troisième association en temps partagé de Bourgogne. Cet essaimage avait déjà eu lieu dans l'Aube, où Bernard Bouly avait été appelé en 2003 par la CCI de Troyes pour mettre en place une association identique, et bientôt dans le Doubs, dans le bassin du Grand Besançon. Après des débuts encourageants avec une quinzaine de membres pour une douzaine d'actifs dès la première année, l'association icaunaise cherche aujourd'hui un second souffle, victime en quelque sorte de son succès. « Le fait que les cadres soient immédiatement opérationnels a eu pour conséquence que neuf d'entre eux ont été embauchés en CDI ou ont repris une entreprise », explique Philippe Périnet Marquet, le président du CTP 89. Aujourd'hui, le CTP de l'Yonne se trouve de fait en sous effectifs et doit faire appel à ses homologues de Dijon ou d'Orléans pour mener à bien les missions confiées par les entreprises icaunaises.

STÉPHANE BOURDIER